Notre souhait d’appuyer les proches aidants du Bas-St-Laurent

Nous voulons que les proches aidants puissent avoir l’esprit tranquille lorsqu’ils nous confient la garde de ceux ou celles dont ils s’occupent habituellement. Quand ils nous font confiance et que nous sommes avec notre clientèle, nous leur offrons le meilleur de nous à travers des activités d’intégration, de socialisation, de stimulation ou d’enrichissement. Nous voulons que l’aidant et la personne vivant avec une déficience intellectuelle, physique, un trouble du spectre de l’autisme ou étant en perte d’autonomie aient le goût de revenir nous voir parce qu’elles ont passé un moment agréable.

texture

L’équipe dévouée de notre organisme de bienfaisance

Nous avons pensé que, pour gagner votre confiance, il serait intéressant pour vous d’en savoir un peu plus sur notre équipe. Ce n’est qu’une petite partie des gens qui travaillent avec cœur chez Répit-Loisirs-Autonomie. Nous avons également dans nos rangs des dizaines de moniteurs qui travaillent à temps partiel les fins de semaine ou à temps plein durant l’été pour partager leurs couleurs avec nos participants.

Jean-Nicolas Marchand,
directeur général

Jean-Nicolas a une vision de la gestion très axée sur l’humain et il a vraiment à cœur le bien-être de son équipe, de la clientèle desservie par l’organisme et des proches aidants. Il connaît tous les noms des gens qui participent aux activités ou utilisent nos services et il va même jusqu’à bercer un participant pendant une rencontre si c’est ce qui peut faire du bien.

Mary-Lee Rodrique,
coordonnatrice de La Jolie Maison – Maison Gilles Carle

Mary-Lee travaille principalement dans les bureaux, mais elle passe régulièrement du temps avec nos participants et les proches aidants. Elle les connaît et fait toujours tout ce qui est en son pouvoir pour que tout le monde se sente bien. C’est une fille vraiment dédiée qui a déjà été intervenante. Elle a donc encore ce regard de proximité qui l’accompagne dans tout ce qu’elle fait.

Danielle Arsenault,
adjointe

Danielle, c’est la doyenne du groupe. Elle est littéralement notre mémoire organisationnelle et un maillon important de notre belle équipe tissée serrée. Elle a toujours les réponses aux questions et sait être bienveillante dans toutes les situations qu’elle rencontre.

Éric Lemoignan,
agent administratif

Éric a un talent incroyable. Il sait jongler avec les chiffres sans jamais perdre de vue que, derrière eux, il y a toujours des humains à intégrer dans les équations. Il est à l’écoute et sait faire parler les chiffres afin de s’adapter aux besoins des proches aidants que nous appuyons.

Katherine Pelletier,
coordonnatrice, Kamouraska Rivière du loup Témiscouata

Katherine pourrait facilement être comparée à un feu d’artifice qui illumine tout autour d’elle. Cette jeune femme vive s’est rapidement taillé une place de choix au sein de notre équipe. Elle n’hésite pas à prendre des initiatives pour faire avancer notre cause. Elle est également sensible à la réalité des proches aidants et des participants ce qui fait qu’elle n’hésite pas à utiliser sa créativité pour l’embellir autant que faire se peut.

Marie-Audrey Clermont,
coordonnatrice régionale des services

Marie-Audrey, c’est un fleuve tranquille. Elle a la puissance et le calme qui permettent de concentrer les efforts aux bons endroits afin de donner vie à nos projets les plus importants. Elle est également habitée par un désir profond d’aider les autres et arrive à transmettre habilement cette passion à ceux qui gravitent autour de notre organisation.

Un conseil d’administration diversifié et engagé

Au sein du conseil d’administration de Répit-Loisirs-Autonomie, nous avons la chance d’avoir des administrateurs et administratrices qui nous offrent une vision riche et nuancée de nos activités. Une ancienne participante et un proche aidant, qui partagent avec nous des perspectives essentielles à l’avancement de notre organisation, siègent, entre autres, sur le conseil. Nous pouvons aussi compter sur plusieurs professionnels de différents corps de métiers pour nous soutenir avec aplomb dans toutes les sphères de la gestion de RÉPITLA.

Toutes ces personnes exceptionnelles s’investissent avec cœur dans les dossiers qu’ils ont à mener. Certaines d’entre elles sont avec nous depuis de nombreuses années et toute l’équipe est extrêmement reconnaissante de leur implication.

Membres :

Lisette Rioux, présidente

Dominique Dubé, vice-présidente

Monique Lehoux, secrétaire

Stéphane Marsan, trésorier

Laura Dubois, administratrice

Marcel Ouellet, administrateur

François Paquet, administrateur

Notre mission d’offrir du répit

Répit-Loisirs-Autonomie offre, sur le territoire du Bas-Saint-Laurent, des services de répit aux proches aidants hébergeant des personnes ayant une déficience intellectuelle, physique, un trouble du spectre de l’autisme ou étant en perte d’autonomie.

Ce qui rend notre mission spéciale, c’est notre façon bien à nous de vivre nos valeurs quotidiennement avec les gens que nous côtoyons à travers Répit-Loisirs-Autonomie.

La bienveillance

C’est de mettre l’humain au centre de tout ce que l’on fait.

L’entraide

C’est notre capacité à travailler ensemble et à être solidaires les uns avec les autres.

 

Le respect

C’est d’accueillir tout le monde avec un regard unique.

L’engagement

C’est de se mobiliser avec le but commun d’aider le plus de gens possible.

Présence géographique de notre organisme de bienfaisance

Répit-Loisirs-Autonomie est un organisme à but non lucratif qui est en opération depuis 1997. Il a été fondé à Amqui dans la vallée de la Matapédia.

Nous sommes nés d’une collaboration de plusieurs acteurs de la communauté du Bas-St-Laurent: les Services d’Adaptation Osmose (CRDITED du Bas-Saint-Laurent), quelques CLSC ainsi que des parents vivant avec la clientèle que nous desservons et des moniteurs gravitant autour de notre milieu.

Depuis notre création, nous avons le privilège d’accueillir plusieurs participants réguliers auxquels se greffent continuellement des nouveaux.

Il y a des personnes que nous accompagnons depuis 15 ans. Ils sont enfants quand nous faisons une première activité avec eux et nous pouvons être dans leur vie jusqu’à l’âge adulte. Ces liens que l’on tisse sont magnifiques. On devient comme une deuxième famille, un lieu confortable et rassurant qui est là lorsqu’un besoin se fait sentir.

Nous avons eu nos premiers sites au Parc du Mont-Comi, au Grand Pic à Amqui et à la Maison de Quartier à Matane. Ces endroits nous ont d’abord permis de faire des activités de plein air valorisant surtout la camaraderie.

Deux ans plus tard, l’organisme s’est installé à Mont-Joli, à la Maison des Familles. Cette entente a duré douze ans avant que l’on déménage en 2011 à Rimouski afin de mieux répondre aux besoins des quatre MRC de la région que nous desservions à l’époque.

En septembre 2008, une entente de services nous a permis d’utiliser les Centres d’activités de jour à Amqui, Matane et Mont-Joli. Puis en 2010, nous avons pu ajouter celui de Rimouski et, trois ans plus tard, celui de La Pocatière.

C’est en 2012 que nous sommes devenus un organisme avec une portée régionale offrant des services sur l’ensemble du territoire du Bas-St-Laurent. C’est dans cette mouvance que des ententes de services ont vu le jour entre l’organisme La Clé des Champs situé à St-Cyprien et le nôtre.

Moments importants entourant notre financement

Avant 1997, le financement de l’organisme reposait sur les clubs Rotary (Répit Rotary au Mont-Comi). Au fil du temps, un autre élan de la communauté a permis à notre organisation de se financer grâce à la participation de la Fondation des personnes déficientes intellectuelles du Bas-Saint-Laurent, des congrégations religieuses et de certains députés.

En 2002, l’arrivée de contributeurs majeurs tels que Centraide et l’Agence de la santé et des services sociaux (CISSS) nous a permis de stabiliser notre financement. La reconnaissance de l’organisme par l’Agence, en avril 2010, nous a donné des ailes.

En 2012, nous avons reçu une grosse allocation budgétaire provenant d’un fonds de développement du ministère de la Santé et des Services sociaux avec qui nous avons signé, un peu plus tard, un protocole d’entente sur trois ans afin d’améliorer et de consolider les services donnés dans l’Est et d’étendre les services dans l’Ouest (KRTB).

X